ça suffit – Grand rassemblement contre antisémitisme.

L’ensemble des partis républicains a lancé l’appel «ça suffit» et à se mobiliser Mardi 19 Février contre l’anti sémitisme. Même lorsqu’elle se manifeste sous des dehors apparemment anodins, la barbarie antisémite ne doit pas être tolérée. 

L’ensemble des républicains a le devoir, au delà de leurs divergences, de s’unir contre la bête immonde. La fédération socialiste des Bouches du Rhône appelle tous ses militants et sympathisants à rejoindre et à relayer cet appel. Le racisme et l’anti sémitisme sont le poison de la république. Ça suffit! 

Empêcher leur résurgence est le devoir de tout républicain.

La lutte contre le racisme et l’anti sémitisme est un combat de tous les instants. À aucun prix la vigilance des citoyens ne doit être prise en défaut. Le meilleur antidote contre le poison antisémite sera toujours l’unité de tous les citoyens autour de la devise républicaine Liberté, Egalité, Fraternité. 

La fédération socialiste des Bouches du Rhône appelle à participer à toutes les mobilisations qui seront organisées et à la réussite du rassemblement républicain à Paris qui devra marquer le retour de la cohésion nationale.

Nora Mebarek,

1ere secrétaire de la fédération des Bouches du Rhône.

Mobilisation des socialistes pour le rétablissement de l’ISF

Ce week end, partout en France, les militants socialistes se mobilisent pour la campagne “Rétablissons l’ISF”.

Le Président n’entend pas l’exigence de justice fiscale qui monte du pays. Les efforts sont toujours pour les mêmes, les cadeaux fiscaux aussi.

Le Président ne veut pas rétablir l’Impôt de Solidarité sur la Fortune. Les socialistes pensent que les Françaises doivent être consultées par référendum avec une question simple : êtes-vous favorable au rétablissement de l’ISF ?

Les socialistes seront présents sur les marchés, à travers une campagne de distribution et d’affichage dans les prochains jours.

Pour la création d’un registre métropolitain des malformations congénitales et des cancers

Communiqué du Groupe métropolitain “Agir pour la Métropole AMP”, rassemblant des élu(e)s socialistes, républicains, radicaux, démocrates, progressistes et apparentés, de Marseille et du département des Bouches-du-Rhône

Pour la création d’un registre métropolitain des malformations congénitales et des cancers

 Marseille, le 7 février 2019

Le groupe « Agir pour la Métropole » demande la création d’un registre métropolitain des malformations congénitales et des cancers.

La Métropole Aix-Marseille-Provence est confrontée à une pollution de l’air, du sol et de l’eau en constante progression.

Les dispositifs déployés jusqu’à présent ne nous ont pas permis de collecter etd’enregistrer les données nécessaires pour surveiller l’état de santé de l’ensemble de la population métropolitaine.

Pour répondre à cette urgence, nous souhaitons porter une réponse collective forte, adaptée à notre territoire, prévenant les conséquences sanitaires, sociales et garantissant l’avenir de nos enfants.

Avec Annie Levy-Mozziconacci, nous avons écrit à l’ensemble des Maires et Conseiller(e)s métropolitains d’Aix-Marseille-Provence pour leur proposer de cosigner l’Appel lancé le 20 janvier 2019 à Marseille, afin d’obtenir ce registre qui contribuera à améliorer le cadre de vie et la santé des Métropolitains.

Jean-David CIOT

Président du groupe “Agir Pour la Métropole AMP”

Maire du Puy-Sainte-Réparade

Ancien Député des Bouches-du-Rhône

Appel a manifester le 5 février prochain

Partout dans le département, les citoyens se mobilisent pour exprimer leur ras le bol de la politique injuste et antisociale du gouvernement, ainsi  que leur exaspération devant le mépris affiché par le “président des très riches”, Emmanuel Macron.

Pouvoir d’achat, habitat indigne, répression policière, découpage territorial à la hache, les motifs de colère du peuple sont nombreux et légitimes.

Le parti socialiste des Bouches du Rhône comprend et soutient les mouvements qui, dans leur diversité, expriment leur rejet de la politique ultralibérale  sourde aux revendications populaires, menée par l’exécutif, relayée et aggravée par les collectivités territoriales.

Le PS13 appelle ses adhérents et sympathisants à participer à la 

Manifestation unitaire prévue

Mardi 5 Février 2019

 À 11heures au vieux port à Marseille 

La place d’un parti de gauche est aux côtés de ceux qui souffrent, de ceux qui luttent. 

Retrouvons nous nombreuses et nombreux demain pour dire au gouvernement, et à la droite qui détient tous les pouvoirs dans le département:

Stop à la casse sociale,

Stop au mépris, 

Stop à la répression!

Nora Mebarek …

LES SOCIALISTES DU 13 SE PROJETTENT SUR L’ANNÉE 2019

Hier matin à Berre l’Etang, avait lieu un séminaire des secrétaires de section et un Conseil Fédéral des socialistes des Bouches du Rhône.

Comme dans la plupart des fédérations dans toute la France, les socialistes sont confrontés à des réorganisations matérielles ( changements de locaux, réorganisation des équipes). D’ailleurs la fédération s’apprête un investir un nouveau siège à Marseille.

Il était essentiel à la fin des l’année 2018 de pratiquer une écoute attentive des revendications portées par le mouvement des gilets jaunes.

La première secrétaire fédérale, Nora Mebarek a présenté les grands enjeux de 2019 pour les socialistes qui sont la, et bien la sur le terrain.
Elle a fait un point sur la préparation des élections européennes qui pour l’instant n’a pas créé les conditions d’une union entre diverses forces de gauche. Les élections municipales doivent aussi faire l’objet de réflexions au sein des sections.

Mais pour l’heure, les socialistes participent au grand débat national organisé dans les villes. La est bien l’essentiel pour les socialistes, continuer à être au plus prêt des luttes sociales déterminantes qui se jouent en ce moment dans notre pays.

ÉCOLES A MARSEILLE, FACE A LA PRIVATISATION UN AUTRE PROJET EST POSSIBLE

2 450€, c’est ce que coûte un simple robinet dans une école en PPP. (source Le Monde)

Et vous voudriez faire pareil à Marseille ? Non seulement le PPP (Partenariat Public Privé), couterait 300 millions d’euros de plus qu’une rénovation lourde et publique, mais en plus on serait pieds et poings liés avec des multinationales du BTP !

Face à une privatisation catastrophique pour les finances, et mauvaise pour nos écoles, un autre projet existe ! Vous pouvez le découvrir, et exiger légalement son inscription à l’ordre du jour du prochain Conseil Municipal en signant cette pétition !

La pétition, à signer et partager !

https://www.change.org/p/marseille-face-%C3%A0-la-privatisation-de-nos-%C3%A9coles-un-autre-projet-est-possible?fbclid=IwAR0bNu9cxDk97xx68r10LaCb_wOVEdl6JHSdu1Rd7vsK31eHmIRTmZvHkdU

Voeux de la Fédération Socialistes des Bouches du Rhône

Cher-e camarade,

L’année 2018 a été marquée au plan politique par la fin des illusions de l’ère Macron. 2019, sera à n’en pas douter, l’année de la redécouverte des valeurs collectives, de l’engagement et de la solidarité.

Je formule le vœu que, nous, socialistes, soyons prêts pour ce rendez vous historique.

Que la paix, la santé et la sérénité soit dans ton foyer.

Amitiés socialistes.

Nora Mebarek

Première Secrétaire Fédérale

Rétablissons l’ISF ! Une France plus juste, c’est une France où chacun·e contribue selon ses moyens

Madame, Monsieur,

Le Président n’entend pas l’exigence de justice fiscale qui monte du pays. Les efforts sont toujours pour les mêmes, les cadeaux fiscaux aussi.

Le Président ne veut pas rétablir l’Impôt de Solidarité sur la Fortune. Les socialistes pensent que les Français·e·s doivent être consulté·e·s par référendum avec une question simple : êtes-vous favorable au rétablissement de l’ISF ?

Il existe aujourd’hui une possibilité d’obtenir ce référendum. Il faut d’abord réunir la signature de 185 parlementaires, puis celle de 4,7 millions de Français·e·s.

Dès la première étape, nous avons besoin de vous pour interpeller vos députés et sénateurs. Cette plateforme participative vous permet d’écrire directement à vos élus en entrant simplement votre adresse.

Chaque voix compte, faites-vous entendre !

Le lien : https://www.referendum-isf.fr/?fbclid=IwAR3hCCF8DyCbEBF0mphOoDndsc6u9ewcih4P29BLHBmGnWmHpu_gqB0oWfo#/

Intervention de Marie-Arlette Carlotti au Conseil Municipal du 20 décembre 2018

Enfin ! Enfin nous la tenons cette séance du Conseil municipal !

Je regrette cependant que les principaux concernés n’y soient pas associés. Je veux parler des familles des victimes, des sinistrés, des collectifs citoyens qui sont restés devant la porte.

Il est tant de mettre en place un Comité de suivi pour les associer à l’élaboration de nos politiques.

Leur place est ici et pas dehors !

Parce que, quoi que nous décisions aujourd’hui, nous n’en resterons pas là.

Ce qui se joue à Marseille depuis plusieurs semaines, c’est la catastrophe de mal-logement. C’est l’échec patent de votre politique. C’est le « laisser aller » partout dans cette ville, parce que vous avez baissé les bras, démissionné et délégué à vos élus de la majorité, à vos adjoints, alors que vous les savez inefficaces. Incapables d’infléchir une politique qui ne sert pas les Marseillais, en tout cas pas les plus précaires et les familles modestes.

Vous donnez le sentiment qu’ils sont indésirables à Marseille.

Pour de nombreux Marseillais, il y a urgence.

1/Des familles sinistrées, des familles évacuées du jour au lendemain.

Parce que dans vos rangs ce fut « panique à bord », ces familles se retrouvent à l’hôtel, sans droit ni titre.

Dore et déjà, il y a 1600 personnes à reloger dans des conditions dignes et respectueuses. Et l’hôtel n’est pas un logement digne, surtout lorsqu’on devra y passer Noël.

Et Noël c’est dans 5 jours !

A ce jour, vous n’avez pu signer qu’une trentaine de baux.

Vous n’y arrivez pas parce que vous n’avez jamais voulu faire du logement social dans le centre ville ou dans les quartiers huppés de Marseille, comme nous vous le demandons depuis des années.

Nous voulons que la loi SRU s’applique dans chaque arrondissement.

A ces urgences, il faut en ajouter d’autres, celles des personnes qui vivent, encore aujourd’hui, dans un logement frappé d’un arrêté de péril et qu’il faut rapidement éloigner du risque.

Devant votre impuissance à les reloger, alors qu’elles sont prioritaires, elles sont des centaines à être maintenues dans les lieux, contraintes de choisir entre un toit troué ou la rue.

C’est l’insuffisance de logements sociaux aux loyers faibles qui est un frein au relogement des ménages habitant dans des logements insalubres.

Vous savez que Marseille est carencée en PLAI et vous continuez à construire des logements inaccessibles aux familles modestes. Comme si vous vouliez les chasser de Marseille.

Pour répondre au plus vite à ces situations, nous vous demandons d’activer la procédure de réquisition.

Nous avons besoin d’un parc de logements relais permettant de réaliser des opérations tiroirs, dans l’attente d’une solution pérenne.

Selon l’INSEE, la ville de Marseille dispose de 34 000 logements vacants. Même si dans la réalité on en compte beaucoup moins (l’INSEE comptabilise les logements en travaux et entre deux locations), cela nous laisse « du grain à moudre ».

Certes la réquisition n’est pas la seule solution (ex : intermédiation locative) mais elles marquerait votre volonté politique.

Et vous le pouvez, plusieurs procédures sont à votre disposition.

Monsieur le Maire, demander au Préfet d’activer l’ordonnance de 45 pour mettre en œuvre la réquisition.

Faites voter cette décision par ce Conseil municipal. Nous avons déposé un vœu dans ce sens.

2/Et puis, il faudra bien prendre en compte, enfin, le rapport Nicol et ces 100 000 Marseillais qui vivent dans un logement indigne voire insalubre.

Etes-vous prêt à mettre en place (avec l’Etat et les autres collectivités locales) un outil : « l’Observatoire de l’insalubrité » pour poser des diagnostics immeuble par immeuble, fixer des priorités et proposer des solutions adaptées à la situation de chaque famille.

Ils l’ont bien fait à Paris !

Bertrand Delanoë l’a fait à la suite d’un drame identique au notre.

Et en 3 ans ils ont pu reloger 2000 familles, 10 000 personnes et à 98% dans Paris inta-muros.

Nous ne sommes pas plus stupides que les Parisiens, mais le Maire de Paris a fait preuve de plus de volontarisme que vous.

Nous réclamons un grand plan de relogement avec un objectif : sortir les 100 000 Marseillais de la précarité.

Nous y mettrons peut-être plus de temps, mais c’est possible à condition de commencer tout de suite.

3/Quand à la réhabilitation du quartier Noailles, nous n’accepterons pas (et les riverains encore moins) que le drame du 5 novembre soit l’occasion d’une épuration sociale dans le centre ville par un transfert de population.

C’est pourquoi, il nous faut demander à l’Etat un outil efficace pour agir.

Nous souhaitons une ORCORD-in sur le périmètre de tout le centre ville.

Certes cela voudrait dire que l’Etat a décidé « de reprendre la main ».

Nous exhortons le Ministre du logement d’aller plus loin que  « l’accompagnement rapproché » qu’il vous a imposé.

Qu’il fasse preuve de plus de fermeté à votre égard, s’il veut mettre fin à l’incurie.

Lorsque les collectivités locales sont faibles, défaillantes, laxistes ou incompétentes, peu importe le résultat est le même, nous réclamons un Etat fort.

L’ORCOD-in nous parait le bon outil permettant d’exproprier, de racheter des lots, de réhabiliter…

°Pour faire du logement social aux loyers accessibles (cad du PLAI).

°Pour accompagner les propriétaires afin de réaliser des travaux dans leur appartement (monter des dossiers ANAH).

°Et afin qu’après réhabilitation les loyers ne s’envolent, mettre en place l’encadrement et le plafonnement des loyers.

°Et exiger un droit au retour (tel que nous l’avons voté, à notre demande, au précédent Conseil Métropolitain).

Vous annoncez 5 immeubles réoccupés dans la rue d’Aubagne et 20 autres dans l’ensemble du quartier. Nous en prenons acte, mais préférons aux paroles des engagements fermes.

4/Enfin, je me permets de vous interpeller solennellement pour vous demander de mener une lutte sans relâche contre les marchands de sommeil.

Le Ministre du logement se targue de leur avoir déclaré la guerre. Il est vrai que dans la loi ELAN, il y a toute une série de mesures qui les frappent  au portefeuille, la seule chose qu’ils comprennent.

Mais on ne peut rien déclencher contre eux – et certainement pas des poursuites judiciaires- s’il n’y a pas au préalable un arrêté de péril.

Seulement voilà, vous n’avez pris que 23 arrêtés l’année dernière et vous en annoncez 85 depuis le 5 novembre. On ne peut pas dire que vous meniez un combat acharné!

De plus, lorsqu’il y a eu arrêtés de péril, certains des ces personnages continuent à toucher les APL parce que la CAF ne fait pas son travail et ne dresse pas les constats de non décence qui permettraient de consigner les sommes.

Je souhaite que nous demandions à la CAF des Bouches-du-Rhône de nous fournir toutes les explications sur ces manquements.

Ce triste constat explique que les marchands de sommeil peuvent continuer à faire leur sale bisness tranquillement.

Que la police de l’habitat n’est pas exercée à Marseille.

Que ces voyous font ce qu’ils veulent et particulièrement du fric sur la misère.

Et que ce laxisme est coupable. Surtout lorsqu’on découvre, au fur et à mesure des investigations de la presse, le noms des responsables : des notables de la ville ou des élus de votre majorité.

Nous vous demandons de les poursuivre sans relâche, de faire accélérer les procédures d’arrêtés de péril, bref de faire respecter la loi.

Nous voulons le retour à l’Etat de droit à Marseille !

Monsieur le Maire, de la part de votre opposition, vous vouliez des propositions.

Vous en avez.

Elles complètent largement les vôtres, mais surtout permettraient « d’attaquer le mal à la racine » pour que cela ne se reproduise plus.

Nous attendons vos réponses.