Rapport 2019 du Haut Comité aux Logements pour les Personnes Défavorisées

La fédération du Parti Socialiste des Bouches du Rhône, t’invite à la présentation du rapport 2019 du Haut Comité aux Logements pour les Personnes Défavorisées,

le Jeudi 12 Décembre 2019,

À 18 h 30,

À la Fédération du PS13

33 rue Thubaneau 

13001 Marseille

par notre camarade 

Marie Arlette Carlotti, 

Ancienne ministre,

Présidente du Haut Comité au Logement des Personnes Défavorisées qui nous présentera le rapport 2019.

La présentation sera précédée par la projection du documentaire d’Alain Barlatier qui a filmé durant 1 an la mobilisation citoyenne face à  l’incurie municipale après les effondrements des immeubles de la rue d’Aubagne à Marseille, le 5/11/19.

Nous clôturerons cette rencontre autour du pot de l’amitié.

Compte tenu du nombre de place limitée, merci de bien vouloir confirmer ta présence par mail à 

instances13@gmail.com

Amitiés socialistes

Nora MEBAREK,

1ere secrétaire fédérale du Parti socialiste des Bouches du Rhône.

Pour défendre une vie digne pour toutes et tous.

Cher(e) camarade,

Les socialistes des Bouches-du-Rhône seront mobilisés le #5decembre, pour défendre une vie digne pour toutes et tous.
Refusons la réforme MACRON ‼️
Ensemble, appelons au retour de réformes solidaires et de progrès social, manifestons pour défendre nos retraites, nos services publics… et pour dire non à l’austérité !
Retrouvons nous à 10 h 30 sur le Vieux Port à Marseille, au niveau de l’entrée du Club Pernod.

Amitiés socialistes,
Image
Nora MEBAREK
Première Secrétaire Fédérale PS13

Le Parti Socialiste appelle à manifester pour la Journée internationale pour l’élimination des violences faites aux femmes.

Journée internationale pour l’élimination des violences faites aux femmes.

Manifestons ensemble samedi 23 novembre 2019

Départ 14 h 30 Cours d’Estienne d’Orves.

Les violences ne sont pas le propre d’une culture, d’une religion, d’un milieu social, d’une famille ou d’une histoire personnelle. Elles traversent toutes les sociétés et découlent des discriminations dont sont victimes les filles et les femmes.

A des degrés divers, la violence sexiste et sexuelle est partout :

Ces crimes ne sont pas des faits divers, encore moins des “crimes passionnels”. C’est bien le machisme qui tue.

dans l’espace public : insultes, menaces physiques, violences sexuelles : 1 femme ou fille sur 4 a subi ce type de violence au cours de l’année

sur les réseaux sociaux : 92% des contenus sexistes signalés ne sont pas supprimés par les réseaux sociaux

dans l’espace privé : 1 femme sur 10 est victime de violence conjugale,

au collège et au lycée : 22% des jeunes filles sont traitées de “putes” ou de ‘salopes’ durant l’année. 1 jeune fille sur 3 déclare avoir été victime de violences à caractère sexuel dans le cadre scolaire

au travail : 1 femme sur 5 est confrontée à une situation de harcèlement sexuel au cours de sa vie professionnelle ; seulement 5% des cas sont portés devant la justice.

Les lesbiennes vivent des violences multiples en tant que femmes et en tant que homosexuelles. Elles vivent des violences multiples, y compris au travail:52% de lesbiennes subissent au moins une des deux discriminations: lesbophobe ou sexiste.17% pensent que leur orientation sexuelle fait l’objet de « soupçons ». 34% des sondées ont subi des agressions d’une manière ou d’une autre sur leur lieu de travail.

La prostitution est un système de violence sexiste et raciste : elle touche surtout des femmes (85%), qui sont à 93% des étrangères. La loi d’abolition de la prostitution d’avril 2016 est insuffisamment appliquée alors qu’elle prévoit un parcours de sortie du système pour les personnes qui le souhaitent. Acheter un acte sexuel est un délit, passible d’une amende et/ou d’un stage, il faut le faire savoir.

– 70.000 jeunes filles menacées de mariages forcés ; 125.000 femmes ayant subi des mutilations génitales

Le plan quinquennal en 2017, Le « Grenelle » cet été ? En réalité, des mesures fragmentées et peu efficaces. Pour en finir avec les violences sexistes et sexuelles, nous exigeons du Gouvernement, en urgence, de :

• Développer un plan de formation obligatoire pour tou.te.s les professionnel.le.s au contact de femmes victimes de violences : policier.e.s, gendarmes, magistrat.e.s., médecins, sans oublier les élu.e.s…

• Intégrer dans les cursus scolaires et universitaires et dans le milieu professionnel, l’éducation à l’égalité entre les femmes et les hommes, dès le plus jeune âge, tout au long de la scolarité et de la vie

• Généraliser, sur tout le territoire, des dispositifs de protection et d’éloignement qui ont fait leurs preuves : ordonnances de protection, mesure d’éviction du conjoint violent du domicile, téléphone grave danger et bracelet anti rapprochement, facilitation de la mobilité professionnelle si nécessaire,

• Créer des places d’hébergement conformément à la Convention d’Istanbul

• Renforcer les moyens des associations pour permettre l’accompagnement des femmes et des enfants victimes de violences conjugales.

Donner le statut de réfugiées pour les femmes migrantes ayant subi de graves violences au sein du couple ou en raison de leur orientation sexuelle dans leur pays d’origine

Appliquer strictement dans le milieu du travail de la loi sur les violences sexistes et sexuelles

Pour financer un tel programme, il faut 1 milliard, comme le fait l’Espagne ; et il ne s’agit pas d’y inclure des fonds déjà alloués et utilisés par ailleurs, comme cela semble être le cas pour les dernières annonces de la Secrétaire d’Etat à l’égalité entre les femmes et les hommes.

Manifestons partout le 23 novembre contre les féminicides et les violences contre les femmes ! Interpelons les pouvoirs publics sur leur responsabilité !

L’Assemblée Des Femmes, L’Amicale du Nid,, Association des femmes kurdes Arin Mirkan, CIDFF PACA, Collectif13 Droits Des Femmes, Centre Evolutif Lilith, Femmes solidaires Marseille , Forum Femmes Méditerranée, Le Mouvement du Nid, Marche Mondiale des Femmes Paca, Mouvement Jeunes Femmes, NEGAR soutien aux femmes d’Afghanistan, Osez le féminisme!13, SOS Femmes13, Union des femmes GAMS Sud, Aix-en-partage, Attac Marseille, La Cimade Marseille, Calme11/12eme, LDH Marseille, MRAP13, Résister Aujourd’hui, FSU 13, FSE, Solidaires 13, Sud Education13, UD-CGT13, UNEF Aix-Marseille, UNL, Génération-s Marseille, GRS, LFI, PCF 13. PS 13.

Ce que les socialistes veulent, c’est le rassemblement!

À Marseille les élections municipales revêtent une importance particulière.

La grande majorité des marseillais souhaite un changement radical des politiques publiques basé sur la solidarité, la transparence, et la participation des citoyens.

Pour répondre à cette attente, une démarche novatrice a vu le jour à Marseille, celle du « Printemps marseillais ». Le Parti socialiste s’inscrit pleinement dans cette démarche et l’accompagne de toutes ses forces.

Regroupant des formations politiques, des syndicats, des collectifs citoyens et des personnalités de la société civile, cette démarche vise à construire une proposition politique qui permette enfin l’alternance à Marseille.

La France insoumise s’inscrit depuis le début dans cette démarche collective, ce dont nous nous réjouissons.

Jean-Luc Mélenchon, manifestant pour la 1ere fois depuis son élection en 2017 son intérêt pour Marseille, a pris l’initiative d’une médiation.

On aurait pu espérer que le leader de la LFI travaille à convaincre EELV ou les opposants minoritaires à l’union au sein de sa propre formation. Malheureusement, sans doute pour leur donner des gages, et en décalage avec les attentes de nos électeurs, il est retombé dans ses travers, en excluant à priori, que le ou la tête de liste du Printemps marseillais soit issu des rangs socialistes.

Cette provocation vis-à-vis des socialistes dont il a pourtant longtemps fait partie montre une bien curieuse conception de l’union.

Dans la phase actuelle, la priorité est de formuler des propositions fortes pour réparer les taudis, rénover les écoles, moderniser la voirie, améliorer le cadre de vie, sécuriser le quotidien, assurer les conditions d’une bonne gouvernance.

En effet, au-delà du choix de l’équipe appelée à gérer la ville pendant 6 ans, il s’agit pour les Marseillais de tourner enfin la page des années Gaudin et de la droite. 

Cette période a été marquée par une politique favorisant les quelques plus riches, des milliers de logements indignes, des écoles dans un état catastrophique voir insalubre, une pollution de l’air et de la mer due notamment aux bateaux de croisière, une gestion financière calamiteuse qui se traduit entres autres par un surendettement abyssal. Comme l’a relevé la Chambre Régionale des Comptes, les intérêts de la dette payés par les Marseillais sont supérieurs à ceux de Lille, Lyon, Nice, Nantes, Montpellier et Toulouse réunis !

C’est sur la base de cette proposition politique que la meilleure tête de liste émergera pour l’incarner.

Les élus socialistes Marseillais n’ont eu de cesse de dénoncer ces dérives et se sont battus entre autres, contre la privatisation des écoles, des menus bio dans les cantines scolaires, pour un habitat digne pour tous.

Le Parti Socialiste n’acceptera aucun oukase d’où qu’il vienne. 

Fidèles à notre histoire, nous continuerons à prendre toute notre place au sein des forces progressistes pour qu’enfin, Marseille change, soit plus égalitaire et plus solidaire. 

Nora MEBAREK

Première Secrétaire Fédérale

Du Parti Socialiste des Bouches du Rhône 

04 91 54 85 03

Réforme de l’assurance-chômage : la guerre aux chômeurs !

Vendredi 1er novembre 2019. Communiqué de presse
Vincent Duchaussoy, secrétaire national en charge du Travail et du Dialogue social

Pourquoi ? Pourquoi le gouvernement a-t-il fait adopter cette réforme de l’assurance-chômage, qui entre en vigueur ce vendredi 1er novembre, alors que celle-ci va frapper de plein fouet les plus fragiles de nos concitoyens ? Est-ce parce qu’il constate que la politique de l’offre, poursuivie au prix d’un « pognon de dingue » investi dans la transformation du CICE en allègement de cotisations sociales, ne produit pas le choc espéré sur l’emploi ? Est-ce parce que, malgré la suppression de l’ISF et la mise en place d’une « flat-tax » sur le capital, le ruissellement promis n’opère pas ? Que l’ « argent magique » déversé dans les poches des plus riches n’a pas produit de sursaut en terme d’investissement et d’emploi ?

Toujours est-il qu’à la lumière de l’entrée en vigueur de cette réforme, l’acte 2 du quinquennat ressemble furieusement à l’acte 1. S’estimant probablement incapable d’offrir une solution politique au problème du chômage, voilà que le gouvernement a lâchement préféré s’en prendre directement aux chômeurs. Car c’est bien un matraquage en règle des demandeurs d’emploi qui s’annonce dès le 1er novembre, « une tuerie », pour reprendre les mots du secrétaire général de la CFDT Laurent Berger.

Rappelons en effet que, selon la note d’impact de l’Unedic dévoilée le 24 septembre dernier, un chômeur sur deux verra, avec l’entrée en vigueur des nouvelles règles de calcul des droits puis du nouveau barème d’indemnisation, son inscription refusée, ses droits rognés ou son indemnisation fortement diminuée. Une baisse de 27 % en moyenne qui pourra aller jusqu’à 50 % dans certains cas. Ce nouveau calcul des droits n’entrera toutefois en vigueur que le 1er avril, soit 10 jours après le second tour des élections municipales, ce qui tient probablement du plus parfait hasard !

Le Parti socialiste condamne une nouvelle fois la violence que cette réforme représente pour les travailleurs les plus fragiles et les plus précaires de notre pays, ceux qui peinent à se maintenir durablement dans l’emploi. Désignés à la vindicte populaire comme responsables de leur triste sort, ce sont eux qui paieront le plus lourd tribut à cette réforme, alors que de nombreuses études montrent, au contraire, qu’une bonne indemnisation permet de maintenir l’intégration dans la société des personnes concernées et donc de retrouver plus facilement un emploi.

Conscient des effets désastreux de sa réforme, le gouvernement a donc choisi de supprimer l’Observatoire national de la pauvreté ! Ne voulant traiter la fièvre, il a préféré casser le thermomètre. À l’heure où cette réforme va mécaniquement diminuer le nombre de chômeurs indemnisés, le Parti socialiste appelle enfin tous les observateurs à ne pas être dupes de cet artifice statistique et d’être extrêmement vigilants face aux chiffres qui ne manqueront pas d’être brandis par le gouvernement.

Service de presse. Parti socialiste

Unie, la gauche, les écologistes, les citoyen.ne.s peuvent gagner!

Vendredi 26 septembre 2019

Communiqué de presse du Parti socialiste des Bouches du Rhône. Marseille:

Un récent sondage sur les intentions de vote des Marseillais.es pour les prochaines élections municipales vient d’être publié.
Encore une fois, les Marseillais.es ont besoin du rassemblement. Car, sans exagérer les leçons que l’on peut tirer de cette étude, celle-ci démontre 2 choses :
– lorsque les forces sociales et écologiques sont divisés, c’est l’extrême-droite qui tire les marrons du feu.
– lorsque les forces sociales et écologiques sont divisés, c’est la succession directe de Jean-Claude Gaudin qui en profite.

Alors, pour permettre aux Marseillais.es de mettre fin à 25 ans de système Gaudin, pour ne pas revivre le drame républicain de voir l’extrême-droite s’emparer d’un ou de plusieurs secteurs, le devoir de tous les progressistes est de s’unir pour gagner, pour transformer Marseille. 

Aussi, la fédération du Parti socialiste des Bouches du Rhône, en appelle à tous les acteurs politiques, associatifs et citoyens pour saisir cette occasion d’un véritable changement dans la 2eme ville de France. C’est ce à quoi, nous, socialistes, travaillerons sans relâche.

Les Marseillais.es souhaitent dans leur immense majorité une dynamique unitaire. Si nous défendons nos valeurs avant nos étiquettes, si nous nous montrons responsables, alors nous pourrons faire renaître l’espoir pour écrire ensemble une nouvelle page de l’histoire de Marseille.

Soyons à la hauteur de Marseille !

Disparition de Jacques CHIRAC

Triste nouvelle pour les français après l’annonce de la disparition de Jacques Chirac.

Ses convictions politiques n’étaient pas les nôtres mais par ses combats, il aura marqué notre histoire nationale, notre pays et sa vie démocratique.
Son affection pour le peuple français était visible et sincère.

Comme homme de droite il aura été très intransigeant pour que jamais son parti politique ne soit poreux aux idées du Front National.

Le Parti Socialiste des Bouches-du-Rhône adresse ses condoléances à ses proches et ses compagnons politiques.

Nora Mebarek
1ere secrétaire fédérale
Parti Socialiste des Bouches-du-Rhône

Marche pour le climat : parce que plus tard, il sera trop tard

Mardi 17 septembre 2019Communiqué de presse du Parti socialisteM

Ce vendredi 20 septembre aura lieu la troisième grève mondiale pour le climat. Dans toute la France, des marches pour le climat se tiendront vendredi et samedi. À cette occasion, le Parti socialiste sera aux côtés de la jeunesse et des associations, et appelle ses militants et sympathisants à venir manifester.

À quelques jours du Sommet Action Climat de l’ONU, à la veille de la semaine internationale pour le climat programmée dans l’Hexagone du 20 au 27 septembre, de la sortie du rapport spécial du GIEC sur l’océan et alors que d’immenses incendies ravagent encore les forêts dans le monde, il y a urgence à se mobiliser.

Nous pensons que la réponse à la bataille climatique repose sur la définition d’un nouveau modèle : démocratique et social, fondamentalement juste et impérativement durable. Les combats pour le climat, contre les monopoles, contre les inégalités, contre la confiscation du pouvoir par quelques-uns, ne s’opposent pas. Ils se rejoignent.

Le Parti socialiste, parce qu’il porte un projet pour un avenir écologique et social, se joindra dans toute la France aux marches pour le climat et appelle ses militants et sympathisants à faire de même. L’écologie, pour être viable, doit être sociale, et la société, pour être durable, doit être écologique.

Service de presse – Parti socialiste

Plus de 600% d’augmentation, la Région PACA fête la rentrée à sa manière!

Renaud Muselier et sa majorité de droite au Conseil Régional ont décidé de fêter à leur manière la rentrée étudiante en multipliant par six les frais de transport par Train Express Régional


En effet, jusqu’à présent, la carte dite “Zou étude” permettait d’aller de son domicile à son lieu d’étude pour un forfait de 15€/an. Or, la majorité régionale vient de décider d’augmenter ce tarif à 110€ soit une augmentation de 633%!!!


Les tentatives de justifications de Renaud Muselier qui explique ce changement de tarif par l’élargissement de l’offre ne sont pas convaincantes car la carte Zou étude permet comme son nom l’indique de se déplacer du domicile vers son lieu d’étude. Cette décision prise sans aucune concertation est de nature à aggraver la précarité des étudiants qui est démontrée par toutes les études récentes.

Le Parti socialiste des Bouches-du-Rhône dénonce cette mesure anti sociale et demande au Président Muselier et sa majorité de droite de revenir sur cette décision inique et apporte son soutien aux organisations représentatives des étudiants.

Pour signer la pétition de l’UNEF, voir le lien ci dessous.

Nora Mebarek
1ere secrétaire.
Fédération Socialiste des Bouches-du-Rhône

Lien :
https://www.change.org/p/président-de-la-région-provence-alpes-côte-d-azur-non-à-l-augmentation-du-tarif-de-la-carte-zou-étude-en-région-paca

“Pour une vision globale du Déplacement Métropolitain”

Publication du premier LIVRE BLANC des élu(e)s et Maires du groupe AGIR POUR LA METROPOLE Aix-Marseille-Provence
Dans le cadre de l’élaboration du premier Plan des Déplacements Urbains Métropolitain, le groupe « Agir Pour la Métropole », rassemblant des élu(e)s Socialistes, Républicains, Radicaux, Démocrates, Progressistes et Apparentés, a publié son premier livre blanc “Pour une vision globale du Déplacement Métropolitain”, dans lequel nous proposons de construire un schéma de la mobilité métropolitaine juste et adapté aux habitants de nos 92 communes. Nous sommes convaincus que la Métropole Aix-Marseille-Provence doit se recentrer autour de ses compétences exclusivement stratégiques de déplacement, de développement économique, d’aménagement, de préservation des ressources et de l’environnement pour assurer son développement. Nous souhaitons aujourdhui recueillir votre avis pour fabriquer ensemble la mobilité durable de demain. Quelles sont les meilleures solutions pour assurer l’avenir des transports ? Notre ambition collective est de réduire les inégalités entre les habitants, garantir l’équilibre du territoire et porter le rayonnement international de la Métropole, avec lensemble des citoyens engagés, collectifs, usagers, acteurs économiques, sociaux, culturels et environnementaux.  Jean-David CIOT Président du groupe Agir Pour la Métropole – Maire du Puy-Sainte-Réparade –Député des Bouches-du-Rhône de 2012 à 2017  
Nous regrettons l’absence de cohérence globale de l’Agenda de la mobilité, voté le 15 décembre 2016 en Conseil de la Métropole. Aucune concertation citoyenne n’a eu lieu préalablement à son élaboration. Les entreprises n’ont pas été consultées. Le transport de marchandises n’est pas pris en compte. L’offre proposée n’est pas suffisamment adaptée aux personnes en situation d’exclusion et de handicap. Les moyens financiers mobilisables sont largement en-dessous des ambitions budgétaires. Il présente une faible projection vers la Méditerranée et manque d’ouverture à l’international.
La Métropole peut mieux faire pour répondre à la solidarité territoriale et sociale. Le territoire métropolitain est polymorphe, multipolaire, vaste et diversifié, entre zones urbaines, périurbaines, rurales et littorales. La métropole n’est pas maillée dans son ensemble, de manière dense et efficace. Les bassins de vie ne sont pas connectés aux bassins d’emploiLe partage de l’espace public n’est pas optimisé, alors qu’il joue un rôle majeur dans les 6,5 millions de déplacements quotidiens. La saturation des axes routiers renforce l’enclavement de nombreux territoires et isole une grande partie de la population métropolitaine. La vétusté de nos infrastructures de transports publics n’incite pas à leur utilisation. Le manque de desserte collective freine l’emploi et l’attractivité économiqueLe développement de modes de déplacement alternatifs changerait nos habitudes et ferait naître de nouvelles formes de solidarité.
 Nous posons des conditions préalables pour fabriquer une mobilité durable à l’horizon 2040. Portons une vision globale de l’aire métropolitaine, selon la réalité vécue par la population. Sortons des schémas actuels de juxtaposition des territoires afin de les lier entre eux.  Créons une offre de transport du premier jusqu’au dernier kilomètre, tout en respectant l’identité des territoires.  Répondons aux enjeux environnementaux, sanitaires et sociaux en réduisant enfin la pollution de l’air et les nuisances sonores.  Anticipons les évolutions sociologiques, économiques et numériques : relions tous les territoires au réseau très haut débit.  Mobilisons l’aide financière de l’Etat et des partenaires publics et privés. Ne laissons personne sans solution de déplacementAméliorons concrètement le cadre et la qualité de vie des habitants. Réduisons les inégalités d’accès à l’emploi, les fractures territoriales et le sentiment d’injustice sociale.

Nous portons au débat 20 PROPOSITIONS pour assurer le déplacement métropolitain.  
1. Créer une autorité unique  organisatrice de la mobilité.
2. Favoriser la participation citoyenne, le pilotage et l’évaluation des politiques publiques de mobilité.
3. Lier l’aménagement du territoire à la mobilité, en connectant les zones d’habitat aux sites de transports en commun.
4. Répondre aux enjeux de santé et de développement durable en privilégiant les modes de déplacement doux et propres.
5. Assurer un maillage territorial équilibré entre bassins de vie et d’emploi.
6. Renforcer le pôle de la gare TGV de l’Arbois.
7. Faire du Grand Port Maritime de Marseille-Fos la première porte d’entrée de la Méditerranée.
8. Accélérer le développement et l’attractivité de l’Aéroport Marseille-Provence.
9. Lancer le débat autour du devenir de la gare Marseille Saint-Charles.
10. Développer l’offre et la desserte des lignes TER.
11. Définir et appliquer des critères communs de solidarité territoriale.
12. Repenser les déplacements urbains pour garantir une plus grande proximité et efficacité.
13. Développer le service et les zones de covoiturage et d’autopartage. 14. Lancer une concertation citoyenne pour choisir le lieu d’implantation et le périmètre de desserte d’un téléphérique urbain à Marseille.
15. Développer les lignes routières interurbaines en site propre.
16. Rééquilibrer la desserte autoroutière et anticiper la L3.
17. Multiplier les pôles d’échanges multimodaux et les parcs relais.
18. Mettre en place un service métropolitain de « Transport à la Demande ».
19. Renforcer l’accès aux services publics de santé et de loisirs.
20. Répondre aux enjeux technologiques en fabriquant une mobilité digitale.    

GROUPE AGIR POUR LA METROPOLE Pavillon de la Métropole –
58 Boulevard Charles Livon –
13007 Marseille
https://www.agirpourlametropole.fr/