Simone Veil, une femme de combat

Au moment ou la construction européenne est plus que jamais un enjeu déterminant pour l’avenir de nos sociétés, le parti socialiste des Bouches-du-Rhône s’associe à l’ultime hommage qui est rendu à Simone Veil qui entre au Panthéon avec son mari Antoine, dimanche 1er juillet.

Les replis identitaires, l’indifférence face aux crises migratoires, font résonner ici et la cette petite musique qui pourrait bien réveiller « la bête immonde ». Alors, le parcours exceptionnel de cette grande républicaine qui a connu la déportation dans les camps nazis, porte en lui des symboles essentiels et nous ramène au devoir de mémoire.

Magistrate, ministre, militante… Simone Veil a mené une vie de combats, dont celui du droit des femmes. Le 26 novembre 1974, devant une Assemblée essentiellement masculine, elle se tient droite et fière de présenter une loi qui deviendra historique : le droit à l’IVG.

En 1974, pour la première fois sous la Vème République, une femme devenait ministre de plein exercice. En 1979, elle devient la première femme présidente du Parlement européen. Elle sera la cinquième femme à faire son entrée au Panthéon.

De l’arène politique au Conseil constitutionnel jusqu’à l’Académie française, Simone Veil a incarné une certaine idée de la France. Alors, au-delà des clivages politiques, nous, socialistes saluons en Simone Veil une noblesse politique et une droiture morale qui, avec ses combats et ses accomplissements, resteront un exemple pour les générations à venir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *