Appel à la raison et au respect

J’appelle tous nos camarades à retrouver la raison en pensant à l’enjeu du moment.
Notre Congrès est celui de la survie de notre famille politique, pas une distribution de postes ou d’investitures au profit de quelques barons et baronnets.
“Ils ne changeront donc jamais!”, voilà ce que pensent les électeurs qui nous ont quitté comme la grande majorité des socialistes des Bouches-du-Rhône. Des militantes et militants qui, par leur constance et leur loyauté, méritent le respect.”Chers camarades”,
Soyez fier.e.s d’être resté.e.s fidèles ,soyez fier.e.s d’avoir le courage, au milieu de tant de vicissitudes, de participer à la reconstruction de notre parti.
Ce congres vous appartient. Ne vous le laissez pas voler par une poignée d’apparatchik aux abois. Ce sont eux qui ont tort de vouloir discréditer nos débats et fouler aux pieds l’honneur des socialistes.

Stéphane Le FOLL est venu récemment à Marseille, dans notre Fédération, sans se cacher.

Il a rencontré de très nombreux militants devant lesquels il a montré sa fidélité aux valeurs et aux engagements socialistes.
C’est ce que l’on attend d’un Premier Secrétaire.
Je soutiens la candidature de Stéphane Le FOLL parce que c’est celle d’un militant qui s’adresse aux militants.
Comptez sur lui pour vous rendre la fierté d’être socialiste.Stéphane Le FOLL a choisi comme mandataires dans les Bouches-du-Rhône, deux femmes, l’une de Marseille, l’autre du Département.

Et ni Isabelle ROVARINO, ni moi-même n’avons été dans aucune compromission, aucune turpitude. Souvenez-vous, chaque fois que je les ai dénoncées, je me suis trouvée bien seule.
Il est vrai qu’il fallait avoir du courage.

Au nom de Stéphane Le FOLL nous proposons la transparence partout, dans toutes les sections de toutes les Fédérations. C’est le seul moyen de mener un congrès apaisé.

Que le Bureau National des Adhésions fasse son travail en toute neutralité et transparence.

Puis nous fermerons cette triste parenthèse et reprendrons sereinement le débat d’idées.En toute fraternité.

Marie-Arlette CARLOTTI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *